Le gros qui fait du sport

Salut,

C’est moi, le mec gros qui fait du sport (J’assume totalement le fait que je sois « gros », car non, ce n’est pas une insulte, mais un état de fait). Mais VOTRE comportement m’insulte.

Dans mon cas, je fais du sport dans le cadre de ma transition, afin de préparer ma (future) prise d’hormones. Je n’ai rien contre les personnes qui sont en « sur »poids, mais cet état de fait ne me convient plus. J’aimerais perdre du poids, et aussi par la suite prendre du muscle. Mon surpoids est du à une opération du genou qui a augmenté fortement ma prise de poids, ayant eu du mal à changer ma façon de manger en passant de dix heures de sport à pouvoir à peine marcher.

Toi, évidemment, quand tu me montres du doigt, quand tu rigoles, quand tu t’interroges à voix haute sur mon corps, tu ne le sais pas. Mais tu sais quoi ? Tu n’as pas à le savoir. Ce n’est pas le fait de ne pas toujours avoir été gros qui me rend plus digne de ton respect, parce que ton comportement est une insulte envers toutes les personnes qui n’ont pas un corps dans les normes. C’est ton comportement le problème, et que mon poids soit un problème de santé ou un désir personnel, cela ne justifie en rien ton manque de respect.

Ce que ton attitude dit aussi, lorsque tu penses que le fait de savoir cela rendrait tes insultes moins méchantes, c’est de croire qu’il existe une catégorie de personnes grosses. C’est de croire que nous sommes tous par nature fainéant, en mauvaise santé, nous nourrissant de junk food, et n’ayant aucun respect pour elles-mêmes. C’est faux, cette personne que tu imagines n’existe pas. Nous sommes tous différents, et la seule chose que nous avons en commun, c’est de ne pas avoir un corps conforme à la norme. Et que nous aimions la junk food ou non, cela ne devrait pas non plus être un motif pour nous insulter. Ton problème, c’est de croire qu’il existe une partie de personnes grosses qu’on peut mépriser, parce qu’après tout, elles ne font pas d’effort, n’est-ce pas ? Ton problème, c’est de croire qu’il existe une catégorie de personnes qui méritent ton mépris.

gros

Un gros con lambda à la piscine

Ce mépris, il existe aussi dans une forme moins consensuelle, mais tout aussi blessante: c’est l’attitude paternaliste de l’encouragement. C’est quand vous vous dites, au fond de vous « wah, cette personne se prend en main ». C’est ce mépris dégoulinant d’articles sur les sommités culturelles comme BuzzFeed ou l’on voit la « terrible vengeance d’une personne dont on s’est moquées par son poids » : elle a maigri, elle est enfin dans les normes ! Is it justice ? La vengeance de malade ! La vengeance, la vraie, ce serait d’avoir des cours d’éducation contre cela, c’est que les personnes harceleuses soient punies, et surtout lorsque celles-ci sont en position d’autorité (profs, médecins, …). Et la vengeance personnelle, c’est quand on arrive, malgré le fait que tout ne soit pas parfait, à se regarder dans la glace, et à aimer son corps, qu’il soit maigre, gros, grand, qu’il soit handicapé ou non, … J’apprécie vos encouragements, vraiment. Mais pas s’il porte sur une image de mois disant qu’ ENFIN, je me respecte, qu’enfin je vais être mince. Parce que cela, ce n’est pas ce que je veux, et tu sais quoi ? Je n’ai jamais arrêté de me respecter, et je ne me suis jamais autant respecté que cette dernière année, malgré un surpoids.

body positivity

Ce que j’aimerais aussi d’arrêter de faire, dans ta bienveillance condescendante, c’est d’avoir des apriori sur ma santé. Tu sais, c’est quand tu crois que parce que je suis gros, je ne sais pas marcher une heure. C’est aussi stopper de croire que je peux faire moins que toi, comme par exemple avoir un poste qui exige de marcher beaucoup, ou même de croire que je ne vais pas finir mon heure sur mon tapis roulant. C’est aussi de croire que lorsque tu me fais une remarque sur ce qu’il y a dans mon assiette, c’est pour mon BIEN. Lorsque toi, médecin, tu t’imagines que même si j’ai un IMC de 26 (soit dans un surpoids qui n’est pas dangereux pour la santé), c’est tellement mieux pour moi de me dire de maigrir, même si tu ne te permettrais pas de demander, dès l’entrée de qqn dans ton cabinet, s’il fume, bien que cela affecte durablement sa santé !

Les a priori sur la santé, c’est aussi comme je l’ai dit supposer un état de santé. Tu sais quoi ? L’obésité a des conséquences sur la santé, mais ce n’est qu’un facteur parmi d’ AUTRES. La santé n’est qu’un ensemble de paramètres, et non pas un seul ! Je ne fume pas, boit deux verres d’alcool par an, je ne mange pas beaucoup de viande, fait maximum 30 minutes de marche par jour, j’ai une excellente tension, dort toujours le bon temps de sommeil,  ne prends aucune médication, et prend toujours mes précautions pour ma santé sexuelle, avec tests de dépistage. Mon dernier contrôle sanguin dit que je suis en forme, et que mon organisme ne manque de rien. Peux-tu en dire autant, pour tout cela ?

La prochaine fois que l’on se croise, ne ricane pas, ne me montre pas du doigt, et ne me traite pas comme un citoyen de seconde zone (et ne laisse pas non plus tes enfants le faire). Et j’arrêterai, moi aussi, de te prendre pour un (gros) con.

Cordialement,

le gros qui fait du sport.


Pour aller plus loin :

Le Facebook de Fat Positivity Belgium

les dessins de Carol Rossetti

un autre site qui a l’air sympa

10 réflexions sur “Le gros qui fait du sport

  1. Super article!
    Super article!

    Y’en a des trucs à dire dans la grossophobie chez les sportifs.

    Je me rappelle d’une jeune femme avec qui je prennais des cours d’arts martiaux qui m’a dit, avant d’arrêter, que les entraîneurs l’ignoraient et qu’elle n’en pouvait plus. Les cours suivants, j’ai fait attention: les entraîneurs ne lui adressaient pas une remarque, pas un regard, elle aurait aussi bien pu ne pas être là. Et elle aimait le sport qu’elle pratiquait.

    Les remarques stupides et la condescendance envers les hommes gros qui débutaient et avaient du mal à faire des pompes (assorti d’un « les filles, vous pouvez faire les pompes sur les genoux », comme si tous les hommes pouvaient et devaient faire des pompes « normalement », comme si toutes les femmes étaient incapable d’en faire, et du coup double humiliation pour les mecs gros qui se retrouvaient à faire des pompes à genoux). Souvent on ne les revoyait pas, bizarrement.

    Et sinon ce sont les femmes qui arrêtent le sport parce qu’elles ne se sentent pas dans la normes, alors qu’elles sont parfaitement capable comme sportives (je me rappelle de gymnastes grosses qui étaient formidables, mais en général elles finissaient par lâcher bien plus tôt que les minces).

    Vivement que ça change, et en attendant on va leur montrer qu’on peut-être « hors norme » ET leur mettre une pâtée. :p

    Et ça c’est juste ce que j’ai remarqué,

    Aimé par 1 personne

    1. Effectivement, c’est encore un autre sujet ! On pense que les gens gros font moins de sport par un manque de capacité. ça m’étonnerait pas, quant à moi, qu’on ne les voit surtout pas en salle ou en club à cause des regards (ou du désintérêt) qu’on nous porte !

      J'aime

  2. Oui, et puis c’est un processus d’auto-selection à la racine, quand t’es hors-norme tu préfères parfois ne pas prendre le risque de ne pas correspondre au sport (en plus de la croyance de ne pas être à la hauteur parfois). :/

    Et puis souvent le sport c’est un peu facho, dressage, normalisation du corps, adopter un comportement super codifié, exalte on a justement besoin d’un changement de perspective sur le fait de pratiquer différemment, avec des corps qui ne sont pas forcément jeunes, minces, « athlétiques », hyper-valides…sortir de l’ultra-performance, valoriser les compétences individuelles.

    J'aime

    1. Tout à fait ! Certains sports sont plus pratiques que d’autres à ce sujet là, comme les arts martiaux, en tous les cas le kendo, que je pratique qui pense que chacun peut apprendre de l’autre, et peu importe son niveau/son physique 🙂

      J'aime

  3. Merci beaucoup pour cet article, la grossophobie se cache en effet très souvent derrière un paternalisme bien dérangeant et surtout très insultant. On dirait que les maladies que l’on imagine découlant du surpoids sont les dernières maladies que l’on peut continuer à critiquer de façon décomplexée en public.
    Depuis que je m’intéresse à la grossophobie, je me rends compte que presque tout le monde est grossophobe, à sa manière: comme il est pratique de cacher son intolérance et ses préjugés derrière de prétendues inquiétudes! Quand il s’agit des gros, tout le monde se sent bien concerné par la santé des uns et des autres, et comme vous le faites remarquer, ça ne concerne qu’une partie des vices ou des »maladies ». Quand une personne se sert un verre, on ne lui fait pas la morale sur les dangers de l’alcoolisme. Ce genre d’article que vous écrivez a donc le mérite de remettre les pendules à l’heure; je vous félicite et vous remercie infiniment pour cela.

    J'aime

    1. Merci de lire mon blog, et n’hésitez pas à partager vos réflexions, cela fait toujours plaisir 🙂 Une partie de ces inquiétudes pourrait aussi être dite à propos du végétarisme (sans parler de discrimination de minorité, cependant ! :)) : depuis que je ne mange plus de viande, tout le monde est préoccupé par mon taux de fer ! ^^

      J'aime

  4. Bonjour à tout-e-s-z,

    vraiment, un IMC de 26? et des remarques? je me permets de m’interroger sur la véracité de ce point; en effet, j’ai le même IMC, et je n’ai pas entendu de remarques depuis 3 ans, si j’exclus les informaticiens filiformes.

    Si les enfants vous pointent du doigt dans la rue, comme vous l’évoquez, ne serait-ce pas plutôt en raison d’un IMC de 36?

    Par ailleurs, s’il est vrai qu’un léger surpoids n’est pas nuisible à la santé, il est certains que le vin a une courbe de toxicité en J, càd qu’il est bénéfique pour la santé pour un ou quelques verres par jours.

    Enfin, en terme de complexe de supériorité, cet article se pose.

    Un « gros », qui ne fait certes pas de sport, mais qui ne s’en plaint pas.

    J'aime

    1. Bonjour,

      tout d’abord merci d’avoir visité mon blog.

      Il est vrai que l’article peut prêter à confusion: je ne fais plus aujourd’hui un ICM de 26, en effet, mais bien plus proche du 36. Pour ce qui est des remarques d’inconnus dans la rue, la situation s’adapte plutôt effectivement au 36 qu’au 26.

      Cependant, même si ce vécu n’est pas comparable au tien visiblement, ces remarques sont réelles, et notamment celles du médecin. Je viens de recalculer l’ IMC, pour être sûr de ne pas dire de bêtises et en réalité, j’ai commencé à recevoir ces remarques du personnel médical (et familial) à partir d’un IMC de… 25 ! Une des raisons qui permet, je pense, d’expliquer cela, c’est que étant un homme transgenre, j’étais à l’époque considéré comme une femme, et que le corps des femmes est bien plus soumis aux normes (et aux critiques) que le sont les corps masculins…

      Pour le fait que cet article se pose en complexe de supériorité, je ne vais pas me défendre moi-même, chacun est libre de penser ce qu’il veut 🙂 Pour le vin, il s’agissait plus de constater qu’étant, selon les critères médicaux, à l’époque (et encore actuellement pour la plupart si ce n’est l’obésité) sain de corps, je voulais montrer le paradoxe qu’il y avait à moi, dans une salle d’attente et de manière agressive dès mon entrée dans le cabinet me dire que je ne faisais somme toute pas attention à ma santé, quand, pour analogie, le même médecin n’agressait pas les personnes qui fumaient, ne se protégeant pas toujours des IST, et buvaient régulièrement de l’alcool.
      Et non pas de juger qui boit de l’alcool ou non 🙂

      En espérant ayant répondu à tes remarques 🙂

      Maxence.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s